Les traitements du cancer du côlon

0
813

Traiter un cancer du côlon va dépendre de deux éléments majeurs : l’emplacement exact de la tumeur et le stade d’avancement du cancer du côlon. Plusieurs types de traitements interviennent donc avec des proportions relativement importantes de rémission, ce, d’autant plus que le cancer du côlon a été dépisté à temps.

Le traitement chirurgical
On opte pour une opération de chirurgie lorsqu’il est possible d’enlever la tumeur cancéreuse située au niveau du côlon. Cette opération va consister à retirer tout ou partie du côlon selon l’endroit où siège la tumeur. Parfois, les polypes sont même retirés avant toute chirurgie via la coloscopie, lorsque le cancer du côlon en est à un stade précoce. La chirurgie est également préconisée lorsqu’il s’agit de retirer les ganglions infectés ou les éventuelles métastases. Peu d’effets secondaires sont constatés si ce n’est la fréquence plus importante des selles après une ablation total du côlon. Si l’opération pratiquée ne permet pas de garder l’anus du patient, on va alors lui fabriquer un anus artificiel (colostomie consistant à dériver le transit vers l’extérieur et à permettre aux matières fécales d’arriver dans un appareillage spécifique). La colostomie est une opération lourde de conséquences, notamment psychiques et le patient est rapidement pris en charge, d’une part pour être rééduqué et d’autre part, pour apprendre à vivre avec un anus artificiel.

La radiothérapie
C’est le traitement par rayons X de forte intensité. La radiothérapie peut être administrée avant une opération chirurgicale pour réduire la taille de la tumeur au préalable ou après l’opération, pour détruire d’éventuelles cellules cancéreuses restées dans la paroi du côlon pendant l’intervention. Il faut compter en général 5 séances de 15 minutes par semaine pendant 5 semaines. Le transit intestinal peut être perturbé pendant une radiothérapie.

La chimiothérapie
Le traitement par chimiothérapie intervient en complément d’une opération chirurgicale et permet de réduire le risque de récidive et d’améliorer les chances de survie. Il faut compter 1 à 2 séances tous les 15 jours, au total, 12 cures sur 6 mois. Avant toute cure de chimiothérapie, mieux vaut faire examiner ses dents pour éviter une quelconque infection au moment de la cure. Pendant le traitement de chimiothérapie, il faut bien hydrater ses mains et ses pieds et les tremper dans une bassine d’eau froide 3 ou 4 fois par jour.

Les thérapies ciblées
Elles se concentrent sur les cellules cancéreuses pour les empêcher de croître. En complément de la chimiothérapie, les traitements ciblés ont cependant plusieurs effets secondaires : maux de tête, confusion mentale, allergie, présence de protéine dans les urines, forte pression artérielle, douleur musculaire…

Après les traitements…
C’est un régime sans résidu plus ou moins restrictif auquel doivent se conformer les patients récemment traités pour un cancer du côlon : éviter de manger des crudités, des légumes riches en fibres ou des viandes en sauce peut améliorer leur confort de vie. De même des épaississants digestifs type Smecta ou des ralentisseurs du transit type lopéramide peuvent être conseillés. Côté surveillance : le patient est suivi tous les ans pendant 5 ans (examen clinique, radiographie thoracique, échographique abdominale, dosage de marqueur biologique, ACE (antigène carcino-embryonnaire), ensuite, tous les 2 à 3 ans après l’intervention, puis tous les 5 ans (coloscopie totale).