Les traitements du cancer de la vessie

0
523

Si un cancer de la vessie est dépisté assez tôt, le traitement a de bonnes chances de se révéler efficace et le patient de guérir. Intervention chirurgicale, radiothérapie, chimiothérapie, thérapie biologique sont des exemples de traitements que l’on peut proposer pour venir à bout du cancer de la vessie. Le point sur ces différents traitements.

Le traitement chirurgical
L’opération chirurgicale s’appelle résection transurétrale. Elle est indiquée dans des cas de cancer de la vessie non infiltrants et consiste en une ablation de la tumeur cancéreuse seule et non de la vessie en totalité. Elle se fait sous anesthésie locale ou locorégionale, sous le principe de péridurale. Le patient porte une sonde urinaire pendant 48 heures après l’intervention et reste 4 jours hospitalisé. S’il s’agit d’un cancer infiltrant, la chirurgie ne sera qu’une étape avant une ablation totale ou partielle de la vessie (cystectomie) ou un traitement par radiothérapie ou chimiothérapie. Une femme qui subit une cystectomie se verra également retirer l’utérus ainsi que les trompes de Fallope, les ovaires et une partie du vagin. Brûlures lors des mictions et douleurs abdominales sont les effets secondaires de l’intervention chirurgicale. A noter, en cas de cystectomie, on va alors créer une vessie artificielle ou un orifice au niveau de l’abdomen. Les conséquences sont ici d’ordre psychologique et comme lors de la pose d’un anus artificiel, l’équipe médicale prend en charge le patient dans cette nouvelle épreuve.

La radiothérapie
Le traitement par rayons X va permettre de tuer directement les cellules cancéreuses. Il est préconisé pour réduire la taille de la tumeur avant de l’opérer ou pour éviter le risque de récidive. Il peut être associé à de la chimiothérapie. Les effets secondaires sont multiples : fatigue, nausées, perte d’appétit, sécheresse de la peau, diarrhée, difficulté » érectile.

La chimiothérapie
Elle peut se faire soit en introduisant directement les médicaments à l’intérieur de la vessie, ce qui engendre moins d’effets secondaires ou soit en généralisant le traitement médicamenteux par intraveineuse à l’ensemble du corps. La chimiothérapie par traitement général est préconisée dans le cas des cancers de la vessie métastasés. Perte de cheveux, fatigue, nausées, diarrhées, ulcération de la bouche sont les principaux effets secondaires de la chimiothérapie générale.

Les instillations vésicales
Les instillations vésicales s’inscrivent en complément d’une opération de chirurgie et sont préconisées dans le cadre de tumeurs non infiltrantes. Le produit est injecté dans la vessie via une sonde urinaire qui passe dans l’urètre. Seul effet secondaire : des douleurs de type cystite après une séance d’instillations. Les instillations vésicales ont pour but de prévenir le risque de récidive du cancer de la vessie. De mêmes, les effets de l’immunothérapie par le BCG (vaccin anti tuberculose) sont prouvés en matière de limitation du risque de récidive du cancer de la vessie.