Les symptômes du cholestérol

0
329

En fait, le cholestérol ne déclenche de réels symptômes que lorsque son taux devient plus élevé qu’habituellement dans le sang. Autrement dit, lorsque quelqu’un a un taux de cholestérol HDL supérieur à 0,8g/litre pour les femmes, 0,65 g/litre pour les hommes et un taux de triglycérides supérieur à 1,6 g/litre pour les femmes, 1,5 g/litre pour les hommes.

Troubles circulatoires symptomatiques d’une hypercholestérolémie 
Lorsque le cholestérol augmente de façon importante, les graisses se déposent sur les parois des artères, entrainant alors des troubles de la circulation. S’il s’agit des artères reliées au cœur, alors le patient peut développer une angine de poitrine. Le patient ressent une vive douleur dans la poitrine, puis dans le bras gauche. Si la plaque de graisse se détache, un caillot de sang se forme et la circulation sanguine est soudainement bloquée, entrainant un arrêt cardiaque, parfois fatal.

Les symptômes d’une hypercholestérolémie sont variables selon les patients, parfois invisibles. Néanmoins, le cholestérol comme l’hypertension (les deux étant souvent corrélés) sont des maladies asymptomatiques. Le plus souvent, c’est lors d’un bilan sanguin que le patient s’aperçoit qu’il a un taux de cholestérol élevé et qu’il a souvent aussi une tension artérielle forte. Nausées, vertiges, manque de souffle, palpitations, sensation de froid au bout des membres sont aussi des indicateurs de maladies cardio-vasculaires liées à un taux trop élevé de cholestérol. Enfin, lorsqu’un patient souffre de pertes d’énergie fréquentes, manque de force dans ses membres, a des difficultés pour s’exprimer, une perte de capacité visuelle et a des maux de tête réguliers, ce sont des signes avant coureurs d’accident vasculaire cérébral, d’hémorragie cérébrale ou d’attaque cérébrale, dus en partie à un taux trop élevé de cholestérol dans le sang.

 Les facteurs de risque
La plupart du temps, les personnes qui vont devoir suivre régulièrement leur taux de cholestérol sont des personnes qui ont des antécédents familiaux de maladies cardio-vasculaires, ont du diabète, souffrent d’hypertension, sont plutôt inactifs et ont des problèmes de poids. En cause également dans l’augmentation du taux de mauvais cholestérol, le tabac. En effet, la fumée de la cigarette endommage les vaisseaux sanguins et augmente le risque de formation de plaques de graisse sur les artères. L’alimentation joue également un rôle très important dans la formation du mauvais cholestérol. Il est important de limiter sa consommation d’acides gras saturés et de graisses animales. On le sait maintenant, la pilule contraceptive comme certains traitements de substitution de la ménopause contenant des hormones, certains bêtabloquants, les rétinoïdes utilisés dans les traitements anti-acné et les corticoïdes favorisent l’augmentation du taux de cholestérol dans le sang.