Les symptômes du cancer des testicules

0
976

Même si le cancer des testicules est un cancer qui se guérit quasiment à 100%, c’est aussi un cancer qui se réveille tardivement et dont les symptômes mettent parfois un peu de temps à se faire sentir auprès du patient. Retour sur les différents symptômes qui caractérisent le cancer des testicules et les éléments qui permettent le diagnostic de la maladie.

Les symptômes habituels du cancer des testicules
Le premier signe qui ne trompe pas et qui est d’ailleurs détecté par le patient lui-même, c’est la sensation d’une boule ou masse indolore au niveau des testicules. Parfois, les bourses augmentent de volume, ce qui va gêner le patient. Cette grosseur au niveau des bourses peut aussi être douloureuse chez certains, jusqu’à générer un réel inconfort au quotidien. Le bilan de stérilité peut également être l’occasion de découvrir une tumeur au niveau des testicules, tumeur responsable en l’occurrence de l’impossibilité à faire un bébé. La tumeur peut aussi être découverte par hasard lors d’une visite médicale professionnelle ou autrefois, au moment des fameux trois jours du service militaire. Le cancer des testicules n’occasionne en revanche aucun trouble urinaire. D’autres signes peuvent être observés chez certains homme : une sensation de pesanteur, une augmentation même du volume des testicules, une augmentation de la taille des seins, due à la sécrétion hormonale de la tumeur au niveau des testicules. Lorsque le cancer des testicules est bien installé, le patient est très fatigué, son état général s’altère, il a des difficultés à respirer, des ganglions apparaissent au niveau des clavicules, il a des douleurs abdominales, perd l’appétit et maigrit.

Le diagnostic du cancer des testicules
Le plus simple en terme de diagnostic et qui peut aussi devenir une habitude (comme chez les femmes pour l’auto-palpation des seins), c’est l’auto-examen des testicules. Devant un miroir, au sortir de la douche, examinez votre scrotum (les bourses) et vérifiez qu’il n’y a pas de grosseur. Utilisez l’index et le majeur pour palper vos testicules, l’un après l’autre. Si l’un est vraiment plus gros que l’autre, consultez rapidement. En tout cas, même si chaque grosseur est à prendre au sérieux, ce n’est pas pour autant qu’elle peut être une tumeur. Une accumulation d’eau, une inflammation ou des veines dilatées peuvent expliquer une augmentation du volume des testicules. Si en tout cas, vous présentez l’un des symptômes cités plus haut, rendez-vous vite chez votre médecin traitant. Celui-ci réexaminera vos bourses, vous interrogera quant à vos antécédents en terme de cancer des testicules et vous prescrira des examens complémentaires en cas de doute. Ainsi, l’échographie scrotale permet de localiser la tumeur et sa nature. Le dosage des marqueurs tumoraux (protéines présentes anormalement dans le sang des malades du cancer) permettra quant à lui de déterminer le pronostic et l’évolution de la tumeur. Un scanner thoraco-abdomino-pelvien et un bilan sanguin viendront compléter ces examens pour affiner le diagnostic. En revanche, la biopsie (prélèvement des cellules du tissu du testicule) est contre-indiquée car cela peut entrainer la propagation du cancer des testicules au scrotum et aux ganglions lymphatiques.