Les oreillons

0
860

Bénigne quand elle ne présente pas de complications, la maladie des oreillons était avant l’élaboration du vaccin ROR très fréquente chez les enfants en bas âge. Mais si ils se faisaient de plus en plus rares il y a encore quelques années, les médecins et chercheurs observent ces derniers temps une recrudescence des oreillons à cause d’une tendance à se détourner du vaccin.

Qu’est-ce que les oreillons ?
Les oreillons sont une maladie virale extrêmement contagieuse causée par le paramyxovirus également appelé, dans le cas des oreillons, virus ourlien. Ce sont principalement les enfants encore non scolarisés qui contractent cette maladie mais les adolescents et les adultes peuvent également la développer. Les oreillons se propagent par la salive et donc par les postillons émis en parlant, en éternuant ou encore en toussant, et également par le biais de surfaces ou d’objets contaminés. Ils procurent une immunité définitive, c’est-à-dire qu’une personne ne les contracte qu’une seule fois dans sa vie. Les oreillons se soignent généralement en 7 à 10 jours.

Quels sont les symptômes des oreillons ?
Tout d’abord, sachez que les oreillons sont dans un tiers des cas asymptomatiques, c’est-à-dire qu’ils ne provoquent pas de symptômes. Mais les oreillons se manifestent tout de même généralement par des maux de tête, une fièvre modérée, une grande fatigue, un mal de gorge puis par un gonflement des glandes salivaires et donc par l’apparition d’une zone enflée sous les oreilles et derrière les mâchoires. À cause de la gêne occasionnée par l’inflammation des glandes salivaires, un enfant contractant les oreillons a bien souvent du mal à mastiquer, à déglutir et à avaler. Le gonflement intervient généralement d’abord derrière une seule oreille avant d’atteindre l’autre.

Des complications surtout pour l’entourage
D’une manière générale, plus les oreillons sont contractés jeunes, moins il y a de risques de complications. Ce sont donc souvent les adolescents pubères et les adultes qui sont les plus vulnérables avec des risques d’inflammation des testicules chez les hommes et des ovaires chez les femmes, pouvant provoquer une stérilité. La surdité provisoire ou définitive, la méningite ou encore l’encéphalite sont également des complications possibles bien que très rares. Il est donc très important de prévenir la crèche ou l’école de l’enfant dès que le diagnostic est posé par le médecin traitant.

Quel est le traitement contre les oreillons ?
Comme pour tout virus, il n’existe pas d’antibiotiques spécifiquement destinés à combattre les oreillons. Les médecins prescrivent alors principalement un traitement qui aide à soulager les symptômes tels que la fièvre ou le mal de gorge. Les parents peuvent pour leur part aider leur enfant en lui préparant des repas mixés afin qu’il puisse manger sans trop avoir mal, et en veillant à ce qu’il boive beaucoup d’eau et à ce qu’il se repose.

Le ROR : un vaccin qui s’impose !
La tendance au délaissement du vaccin ROR, qui protège à la fois de la rougeole, des oreillons et de la rubéole, pourrait à terme représenter un vrai problème de santé publique avec une forte recrudescence de la maladie et donc des complications qui peuvent y êtres liées. Il est alors très important de suivre les recommandations du Ministère de la Santé qui préconise une première injection à 1 an (9 mois pour les bébés placés en crèche) avec un rappel entre 13 et 24 mois (entre 12 et 15 mois pour les bébés en collectivité).