Les facteurs de risque du cancer du rectum

0
1137

Les facteurs de risque liés au cancer du rectum sont à peu de choses près les mêmes que ceux liés au cancer du côlon. Toutefois, malgré les progrès de la médecine, les causes de certains cancers du rectum demeurent toujours floues. Focus sur les principaux facteurs de risque du cancer du rectum ainsi que les sujets à risque.

Causes et facteurs de risque
du cancer du rectum

L’âge est sans nul doute le premier facteur de risque important du cancer du rectum puisqu’on observe que le cancer va toucher davantage les patients vers la soixantaine. La polypose adénomateuse familiale est également un facteur de risque majeur, c’est-à-dire la présence de plusieurs polypes le long de la paroi du rectum. Certaines maladies inflammatoires du tube digestif font aussi partie des facteurs de risque.
Parmi elles, on distingue la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse qui après une vingtaine d’années occasionnent un risque sur 3 d’avoir un cancer du rectum. Concernant la colite ulcéreuse, le risque est accru si la maladie s’étend à la partie gauche du côlon ou à la totalité du côlon. Les lésions d’une colite ulcéreuse peuvent entrainer l’apparition de polypes qui à terme deviendront cancéreux. A noter, la maladie de Crohn, elle, est une maladie chronique du tube digestif qui peut entrainer des diarrhées, des douleurs abdominales et un état général altéré.
Le syndrome de Lynch est comme pour le cancer du côlon un facteur qui augmente de 10% le risque de cancer du rectum à 50 ans et de 40% à 70 ans. L’alimentation, comme l’alcoolisme, le tabagisme et l’obésité, joue également un rôle primordial dans la prépondérance des cancers colo-rectaux dans les pays industrialisés. Cette alimentation est donc riche en graisses, pauvre en fibres, ainsi qu’en fruits et légumes. Elle manque aussi de calcium et d’acide folique.

Les personnes à risque
On l’a dit plus haut, les personnes âgées de plus de 60 ans sont plus susceptibles d’avoir un cancer du rectum. Le terrain héréditaire intervient également. Autrement dit, si une personne de votre famille a déjà un cancer du rectum, vous augmentez nettement votre risque d’avoir un cancer du rectum. Par exemple, s’il s’agit de votre père qui a eu un cancer du rectum, vous multipliez par deux votre risque d’avoir également un cancer du rectum. Et si on devait réaliser le portrait de la personne type ayant 100% de risque d’avoir un cancer du rectum, ce serait celui-ci : plutôt un homme de plus de 50 ans, ne faisant pas de sport, consommant beaucoup de viande rouge, d’aliments gras, un fumeur de surcroît, un homme ayant des problèmes de poids et consommant de l’alcool en trop forte quantité.