Les facteurs de risque du cancer du poumon

0
566

On l’a déjà souligné et le corps médical ne cesse de sensibiliser sur le sujet, le tabagisme reste la cause principale des cancers du poumon. Facteur de risque de plus en plus répandu, il cohabite néanmoins avec d’autres facteurs qui sont également à prendre en considération.

Les facteurs de risque du cancer du poumon
La cigarette sous toutes ses formes est à bannir de son mode de vie si on veut limiter les risques de contracter un cancer du poumon. L’apparition d’un cancer du poumon, il faut le savoir, dépendra de l’âge auquel on a commencé à fumer, du nombre de cigarettes consommées par jour. En clair, plus vous avez fumé longtemps et plus vous vous exposez à un risque de cancer du poumon. Halte à l’idée reçue selon laquelle les cigarettes pauvres en goudron et en nicotine réduiraient le risque de cancer du poumon, idem pour la pipe et le cigare, même si les adeptes en fument beaucoup moins que les cigarettes et pour la consommation de cannabis. Le tabac à mâcher est ainsi mis en cause dans la propagation des cancers de la bouche et de la gorge. Nous n’avons pas parlé du tabagisme passif mais sachez que si vous fréquentez régulièrement des lieux enfumés ou vivez avec un fumeur, vous augmentez de 30% votre risque d’avoir un jour un cancer du poumon. Certaines professions mettant en contact avec un environnement cancérigène sont davantage exposées au cancer du poumon : les mineurs avec l’amiante (qui augmente le risque de cancer du poumon de 50 à 90 fois plus que pour la population générale) ou le radon, les soudeurs avec le chrome, les personnes exposées à certains produits toxiques comme l’arsenic, le chlorure de vinyle, les produits du charbon, la gazoline ou le diésel.

Les personnes à risque
Si vous êtes très souvent exposé à la pollution atmosphérique ou au pot d’échappement des voitures, consommez peu de fruits et légumes riches en béta-carotène (tomates, brocolis, carottes…) et si vous êtes équipé avec un poêle à bois, vous êtes considéré comme personne susceptible de développer un cancer du poumon. De même, si dans votre famille, quelques cas de cancers du poumon se sont déclarés, vous devez être surveillé de très près par votre médecin. Si vous avez très souvent des infections pulmonaires ou bronchiques ou si vous avez de la fibrose dans les poumons, suite à une pneumonie ou à une tuberculose, là aussi, une surveillance rapprochée s’impose. Si vous avez subi un traitement par radiothérapie au niveau de la poitrine, cela peut aussi favoriser le risque de développement d’un cancer du poumon. Même si le cancer du poumon apparaît le plus souvent vers la soixantaine, de plus en plus cas affectent malheureusement des personnes plus jeunes.