Les facteurs de risque du cancer du côlon

0
202

Il existe plusieurs facteurs qui interviennent dans l’apparition et le développement d’un cancer du côlon. Si la majorité des cancers du côlon se développent dans les pays développés, cela n’est pas anodin. Le mode de vie alimentaire a donc été mis en évidence comme facteur de risque principal du cancer du côlon. Nous vous expliquons pourquoi et revenons aussi sur les autres facteurs de risque du cancer du côlon.

De mauvaises habitudes alimentaires
D’une manière générale, les fruits et les légumes sont à consommer en quantité pour prévenir tout risque de cancer. Cela est d’autant plus vrai quand on parle de cancer du côlon. En clair, une alimentation riche en graisses animales et pauvre en végétaux, légumes verts notamment, ainsi qu’une consommation trop importante de sucre et trop faible de fibres favorisent le risque de cancer du côlon. Tabagisme, surconsommation d’alcool, sédentarité, embonpoint ou obésité sont également d’autres facteurs de risque du cancer du côlon. A titre d’exemple, un gros consommateur de cigarettes (1 paquet par jour pendant 20 ans) sur le long terme augmente de 2 à 3 fois son risque d’avoir développer un gros adénome dans le côlon.

Les personnes à risque
D’après plusieurs études scientifiques récentes, les personnes qui sont susceptibles à terme de développer un cancer du côlon ont plus de 50 ans, un terrain héréditaire ou des antécédents prédisposés (elles ou un membre de leur famille ont déjà été traitées pour un cancer du côlon ou ont déjà eu des polypes au niveau du côlon).

A noter, entre 60% et 80% des cancers du côlon débutent par une tumeur bénigne appelée polype précancéreux ou adénome. Parmi les personnes à risque, on note aussi les personnes souffrant de maladies chroniques de l’intestin comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse dont les signes communs sont des saignements par l’anus, de la diarrhée et des douleurs abdominales. Les personnes souffrant du syndrome de Lynch (affection génétique ou cancer colorectal héréditaire sans polypose) sont également exposées au risque de cancer du côlon, dans 5% des cas. Dans le cas d’un syndrome de Lynch, des polypes apparaissent dans la paroi mais pas autant que dans le cas d’une polypose adénomateuse familiale. A signaler aussi, l’amiante, suspectée par une équipe de médecins du travail normands, d’être un élément favorisant les risques de cancer du côlon. Si vous souffrez d’un diabète de type 2, vous avez par ailleurs un risque de développer à terme un cancer du côlon. Enfin, il semblerait que le manque d’exposition au soleil joue un rôle dans le déclenchement d’un cancer du côlon. La vitamine D, produite insuffisamment par manque d’exposition au soleil, ne pourrait plus jouer son rôle protecteur.