Les facteurs de risque du cancer des testicules

0
478

Même si le cancer des testicules demeure rare et même si le taux de guérison avoisine les 100%, plusieurs recherches et études médicales mettent en évidence des facteurs de risque liés au développement et à la recrudescence des cancers des testicules. Le point sur ces différents facteurs de risque.

Les facteurs de risque connus
Il est encore difficile aujourd’hui de cerner exactement quels sont les facteurs précis qui peuvent engendrer l’apparition d’un cancer des testicules. Un seul apparaît comme scientifiquement lié au développement des cancers des testicules : une anomie embryonnaire. En clair, deux mois avant la naissance, les testicules doivent descendre dans les bourses. Lorsque ce chemin n’est pas réalisé, on parle alors de cryptorchidie. Mis en cause parmi les facteurs de risque, la biopsie testiculaire. Le geste qui consiste à prélever des cellules du tissu à l’intérieur des testicules présenterait le risque de favoriser ensuite l’apparition d’un cancer des testicules.

Les facteurs de risque qui suscitent encore le débat
Parmi les autres facteurs de risque liés au développement du cancer des testicules, on note l’origine ethnique et géographique : les personnes demeurant en Europe du Nord et de race blanche sont plus sujets au cancer des testicules que celles vivant par exemple en Europe du Sud. Interviennent également les antécédents familiaux ou héréditaires : si quelqu’un de votre famille a déjà eu un cancer des testicules, vous serez plus surveillé. L’infertilité ou la puberté précoce sont également mis en cause comme facteurs de risque liés au cancer des testicules. Des chercheurs américains ont aussi mis en évidence l’incidence d’un gène particulier, 16 fois plus actif chez les hommes souffrant d’un cancer du testicule. En revanche, le lien entre régime alimentaire, sédentarité, traumatismes, vasectomie et la survenue d’un cancer des testicules n’est absolument pas prouvé. L’exposition au distilbène (responsable de fausses couches et autres malformations congénitales) comme facteur de risque de cancer des testicules fait toujours débat. Enfin, notons les facteurs toxiques environnementaux, tels que les œstrogènes dans la nature, comme les phyto-œstrogènes naturels ou synthétiques (contraceptifs oraux, traitement substitutifs ménopause) éliminés par les urines et polluant l’eau des rivières, les pesticides, insecticides, fongicides, les herbicides, les nématomicides, les plastiques, le bisphénol A ainsi que les détergents et certains produits chimiques comme les hydrocarbures aromatiques. Ces facteurs pourraient avoir une incidence sur l’augmentation du nombre de cancers des testicules.

Les personnes à risque
Un homme qui présente une cryptorchidie a 35 fois plus de risque qu’un autre de développer à terme un cancer des testicules. Si vous vivez avec une cryptorchidie, d’une part, vous serez amené à être traité pour cela (même si le traitement ne prévient pas le risque de cancer des testicules) et d’autre part, vous serez surveillé de près par votre médecin. Les personnes ayant un volume des testicules diminué à la suite des oreillons ou d’un autre traumatisme sont aussi des personnes à risque de développer un cancer des testicules. Une personne infectée par le VIH aurait également plus de risque qu’une autre de développer un cancer des testicules.