Les facteurs de risque du cancer de la thyroïde

0
389

Si l’irradiation caractérise le risque principal lié au développement du cancer de la thyroïde, il existe en parallèle d’autres facteurs de risque, certes dont le lien de cause à effet n’est pas prouvé complètement par le corps médical, mais qu’il s’agit néanmoins de prendre en compte. Focus donc sur tous les facteurs de risque du cancer de la thyroïde.

L’irradiation comme principal facteur de risque
Désormais, et c’est bien le seul, l’irradiation est le facteur de risque scientifiquement reconnu. Quand on parle d’irradiation, on veut dire par là que la personne a été exposée à des radiations externes (lors d’un traitement par exemple) ou a été contaminée par de l’iode radioactif.

Les facteurs de risque secondaires
Parmi les autres facteurs qui peuvent augmenter le risque de développer un cancer de la thyroïde, on note notamment une carence en iode. Les antécédentes familiaux ou génétiques ont aussi un lien avec le développement de ce type de tumeur. Vous avez ainsi 5% de risque de développer un cancer de la thyroïde si l’un de vos parents en a eu un avant.
De même, s’il y a dans votre famille des cas de maladies de la thyroïde, voire d’autres maladies génétiques (comme la polypose colique, le syndrome de Gardner ou le syndrome NEM (Néoplasie Endocrinienne Multiple)), cela constitue un facteur de risque notable. Autres facteurs de risque mis en évidence : la présence de goitres, le syndrome de Basedow (maladie dû à un fonctionnement excessif de la glande, surproduction de l’hormone thyroïdienne TSH, les thyroïdites, l’obésité, la consommation de poissons et fruits de mer dans les zones sans carence iodée, la consommation de crucifères (chou, chou-fleur, navet, brocolis…) la prise de médicaments tels que le pentobarbital, la griséofulvine, la spironolactone.

Les personnes à risque
Un patient traité par exemple pour un cancer du sang via une irradiation thérapeutique aura deux à trois fois plus de risque qu’un autre de développer un cancer de la thyroïde. Les personnes ayant vécu un accident nucléaire, comme à Hiroshima ou à Tchernobyl, sont plus sujets que les autres au cancer de la thyroïde. Preuve en est avec ces études qui ont démontré la forte proportion des enfants de moins de 10 ans ayant vécu sous le nuage de Tchernobyl à développer un cancer de la thyroïde. Les personnes qui ont fait ou font souvent des examens d’imagerie médicale comme la radiographie ou le scanner auront aussi plus de risque de développer à terme un cancer de la thyroïde. De même, certaines professions exposées aux rayons X augmentent leur risque de développer un cancer de la thyroïde ainsi que les femmes de marins-pêcheurs en Norvège (puisqu’elles consomment de l’iode des poissons et fruits de mer dans un environnent déjà riche en iode). Enfin, les femmes sont plus touchées que les hommes par le cancer de la thyroïde du aux facteurs hormonaux et à la formation de goitres ou nodules au niveau de la thyroïde, notamment après les grossesses.