Le reflux gastro-oesophagien de bébé

0
924

« Votre bébé a un RGO », voilà ce que vient de vous dire le pédiatre et au sortir de son cabinet, vous vous interrogez. Le reflux gastro-oesophagien – dont vous avez peut-être aussi été victime pendant votre grossesse – est qu’on se le dise le trouble alimentaire le plus fréquent chez les bébés. Alors, pas de panique, juste de la patience ! On vous donne tous les détails.

Le reflux gastro-oesophagien en question
On connaissait les sphincters anaux mais saviez-vous qu’il existe aussi un sphincter au niveau de l’œsophage. En clair, c’est l’orifice situé entre entre l’œsophage et l’estomac. Quand il est mal fermé ou pas du tout fermé, il provoque ces fameux reflux gastro-oesophagiens. Et là, catastrophe, bébé régurgite ou vomit son biberon. Une régurgitation est tout à fait normal dans les premiers jours de la vie de bébé puisque son estomac n’est pas encore bien en place. Dans ce cas, elle survient une demi-heure environ après le biberon. Mais quand bébé régurgite son biberon bien au-delà de ce délai, on parle de reflux. Si bébé régurgite plus abondamment et sous forme de jet et si cela arrive environ 3 semaines après sa naissance, il s’agira peut-être d’une sténose du pylore. A noter qu’un bébé sur 3 est victime de reflux gastro-oesophagien. Si votre bébé est prématuré, a été opéré pour une anomalie de l’œsophage ou s’il a des problèmes pulmonaires, d’hypotonie ou de développement psychomoteur, alors, il est plus sujet que les autres bébés au reflux gastro-oesophagien.

Reflux et conséquences
La conséquence la plus évidente est un retard de croissance puisque si bébé rejette tout ce qu’il avale, il ne prend pas de poids. Les angines, les bronchites ou les penumopathies sont aussi d’autres conséquences possibles. Une oesophagite (inflammation de l’œsophage) peut également se manifester, indiquant une complication du reflux. Un asthme aggravé et parfois, des cas d’apnées du sommeil, avec un risque de mort subite du nourrisson sont d’autres conséquences plus graves du reflux gastro-oesophagien. Les signes qui peuvent vous mettre sur la voie : bébé est irritable, il pleure beaucoup et a du mal à boire son biberon. Enfin, si bébé régurgite loin des repas et pendant son sommeil ou tout simplement, quand vous le changez de position, là, il y a de quoi penser à un reflux et mieux vaut rapidement consulter.

Le traitement anti-reflux
Il existe des produits vendus en pharmacie pour épaissir le lait du biberon ainsi que des laits anti-reflux. Vous pouvez aussi fractionner davantage les repas, supprimer le jus d’orange comme les aliments trop acides ou qui fermentent (compotes, jus de fruits) et les céréales. En fin de repas, vous pouvez donner à bébé un pansement gastrique pour protéger son appareil digestif lors de la digestion. Votre pédiatre pourra choisir de vous donner des médicaments pour tonifier l’estomac et l’œsophage. Après chaque biberon, veillez à prendre bébé dans vos bras, bien droit. Pour son coucher, surélevez sa tête. Abandonnez le baby relax au moins dans un premier temps, car assis ainsi, bébé aurait davantage tendance à régurgiter. Enfin, pensez à ne pas trop serrer les couches pour ne pas trop comprimer l’abdomen de bébé. En cas de reflux gastro-oesophagien sévère, le médecin pourra vous orienter vers une fibroscopie afin de regarder plus précisément ce qui se passe dans l’œsophage de bébé. Bref, autant de traitements qu’il vous faudra continuer jusqu’à ce votre enfant marche (en étant droit, il limite donc le reflux).