La respiration difficile

0
436

La respiration difficile : plusieurs cas, plusieurs causes mais une seule souffrance

Les cas de respiration difficile sont en hausse en France et revêtent un certain nombre de causes. Les enfants comme les adultes sont touchés par le syndrome de respiration difficile. Panorama des différents cas de respiration difficile, des symptômes, des causes, du diagnostic et des traitements.

La respiration difficile : définition
Si vous avez de la difficulté à inspirer ou à expirer de l’air, c’est que vous avez sans doute un syndrome de difficulté respiratoire ou ce qu’on appelle plus scientifiquement, une dyspnée. On parle plus souvent d’essoufflement.

Les symptômes d’une respiration difficile
Ils varient d’une personne à l’autre et du niveau de difficulté de la respiration. En général, on note : un souffle court et rapide, une sensation d’étouffement ou l’impression de manquer d’air, une respiration lente ou au contraire, trop rapide, le battement des ailes du nez, un bruit caractéristique quand la personne inspire ou expire.

Les causes d’une respiration difficile
Là aussi, de multiples causes qui expliquent d’ailleurs la nature de la dyspnée (aigue ou chronique). Parmi elles, on distingue tous les troubles ou maladies respiratoires chroniques de type asthme, bronchites chroniques, pneumonie, hypertension artérielle pulmonaire, allergie respiratoire, embolie pulmonaire, des maladies ou une insuffisance cardiaques, un emphysème (destruction des alvéoles pulmonaires), un pneumothorax, de l’hyperventilation, un œdème pulmonaire, certains cas de scoliose ou d’obésité, une pleurésie (inflammation de la plèvre), une dilatation des bronches, des troubles dus à des médicaments comme l’aspirine, une maladie neurologique, du stress ou un objet coincé à l’intérieur de la cage thoracique.

Le diagnostic d’une respiration difficile
Si vous présentez un ou plusieurs des symptômes précédemment cités, consultez rapidement votre médecin. Celui-ci confirmera le diagnostic en vous prescrivant une radiographie du thorax, un électrocardiogramme, une prise de sang, un scanner ou un IRM.

Les traitements et la conduite à tenir dans les cas de respiration difficile
Un traitement antibiotique administré sur 10 jours suffit à enrayer une pneumopathie. Des bronchodilatateurs sont donnés dans les cas d’asthme et de bronchites chroniques. De même, en cas d’allergie respiratoire, des bronchodilatateurs, de la cortisone et des anti-histaminiques vous seront proposés. Seuls les cas d’insuffisance respiratoire, d’embolie respiratoire et de pneumothorax donnent lieu à une hospitalisation voire l’aide d’une assistance respiratoire 24h/24. Enfin, sachez que si vous êtes un fumeur invétéré, le médecin vous signifiera un arrêt immédiat de la cigarette. Au quotidien,  c’est simple, il s’agit de vous surveiller. Veillez à contrôler votre souffle et à vous reposer si vous vous sentez essoufflé, continuez à pratiquer une activité physique, pratiquez régulièrement des exercices respiratoires voire du yoga, abstenez-vous de fumer.