La péridurale

0
1051

La péridurale ou l’accouchement sans douleur

S’il est des progrès à retenir, la péridurale en fait partie. Elle n’est pas obligatoire et on vous en parlera lors de la 6ème consultation obligatoire de grossesse. Aujourd’hui largement pratiquée en France, elle est la piqûre qui permet d’atténuer les douleurs de l’accouchement tout en vivant pleinement l’arrivée du bébé.

Comment se passe une péridurale ?

Quand au cours du travail, que ce soit pour un accouchement par voie basse ou par césarienne, l’anesthésiste vient vous poser une péridurale, c’est qu’il va procéder à une piqûre anesthésiante dans le bas de votre dos.

Cette pratique est utilisée dans 1 naissance sur 2 et le pourcentage passe même à 88% dans certaines grandes maternités. Comme quoi enfanter dans la douleur n’est plus vraiment d’actualité !

La moelle épinière est protégée par plusieurs enveloppes dont la plus extérieure limite l’espace péridural, en clair, l’endroit précis où le médecin injecte l’anesthésiant.

Objectif : insensibiliser la région de l’utérus et du périnée et atténuer les douleurs liées au travail. Bien dosée, la péridurale permet à la maman de continuer à ressentir les contractions et de bien pousser. Une fois posée, la péridurale agit au bout de 10 minutes et 20 à 30 minutes plus tard, les douleurs disparaissent !
Une seringue automatique délivre le produit régulièrement pour soulager la douleur ; si celle-ci se fait à nouveau plus forte, il suffit de le dire à la sage-femme qui réajuste la seringue en conséquence.

Comment être sûre d’avoir la péridurale ?

Lors de votre rendez-vous avec l’anesthésiste, on vous pose un certain nombre de questions destinées à vérifier les contre-indications : anomalies au niveau de la coagulation du sang, tabac, déformation de la colonne vertébrale, intervention chirurgicale au niveau lombaire, infection cutanée à l’endroit de la piqûre ou infection généralisée avec fièvre, acné dans le dos pouvant provoquer ensuite avec la piqûre une méningite infectieuse ou risque d’hémorragie du à un placenta trop bas. Si vous n’êtes dans aucun de ces cas, à vous la péridurale !

Les risques de la péridurale ?

Désormais, il n’y a pas de risque avec une péridurale et notamment de risque de paralysie. En effet, on ne pique pas directement la moelle épinière mais uniquement ses racines nerveuses. La technique comme le produit ont été largement expérimentés si bien que le recours à une césarienne ou aux forceps sont faibles.
De même, la péridurale ne comporte aucun risque pour le bébé. Quant aux effets secondaires, ils sont rares : fourmillement et sensation de chaleur dans les jambes, douleurs dans le bas du dos (davantage dues aux poussées lors de l’accouchement), maux de tête, nausées, baisse de tension ou allergie au produit.

La douleur pendant l’accouchement reste très personnel et varie d’une femme à l’autre, voire d’une culture à l’autre. Les vietnamiennes apprennent à contrôleur leurs émotions et à ne pas dire un mot en cas de douleur, idem pour les mexicaines et les taïwanaises. Les togolaises évitent aussi de crier pour attirer les mauvais esprits comme les indiennes ou les sri-lankaises, dont les pleurs ou les cris seraient révélateurs de leurs anciens péchés ! A méditer avant une péridurale…