La BPCO

0
732

BPCO comme BronchoPneumopathie Chronique Obstructive

Qui a delà entendu parler de ces 4 lettres BPCO ? Pas simple, n’est-ce pas ! En fait, BPCO désigne une BronchoPneumopathie Chronique Obstructive, autrement dit le fait que vos bronches se bloquent progressivement et lentement. Pour vous, on décrypte ici les causes, les symptômes et les traitements d’une BPCO.

Les causes d’une BPCO
On l’a dit plus haut, la BronchoPneumopathie Chronique Obstructive se caractérise par une altération des bronches et des alvéoles pulmonaires. Progressivement, les poumons vont manquer d’oxygène et le patient va manquer de souffle. Les causes sont diverses. Parmi elles, on distingue notamment : le tabac (pour 80% des BPCO), une surexposition à des produits polluants toxiques, certaines infections pulmonaires et parfois, des antécédents héréditaires. En tout cas, ce que l’on sait, c’est que les personnes âgées et de plus de 45 ans ainsi que les hommes sont des personnes à risque. C’est aussi une maladie qui tue encore en France (environ 16000 cas de décès en France chaque année) et qui affecte plus de 3 millions de personnes en France.

Les symptômes de la BPCO
D’abord et avant tout, la toux qui devient chronique et s’accompagne de crachats et d’un essoufflement quasi continu. Si vous avez des bronchites chroniques avec une toux grasse quotidienne pendant environ 3 mois par an et si votre respiration devient difficile, modifiant ainsi votre aptitude physique, alors, vous avez des risques de développer une BPCO.

Dépister une BPCO
Il est vital de dépister au plus tôt la maladie car souvent le diagnostic arrive trop tardivement. En clair, au moindre signe, mieux vaut ne pas hésiter à consulter votre médecin qui vous permettra ainsi de mesurer votre souffle, soit à l’aide d’un débit-mètre de pointe, soit à l’aide d’un spiromètre. Plusieurs examens spécialisés affinent également le diagnostic : une radiographie pulmonaire, l’exploration fonctionnelle respiratoire, l’endoscopie des voies aériennes, la bronchoscopie, les gaz du sang, la tomodensitométrie thoracique.

Les traitements d’une BPCO
Bien évidemment, si vous êtes fumeur, un arrêt immédiat du tabac est le premier traitement. A privilégier aussi, les vaccins annuels anti-grippe et anti-pneumonie. Le traitement repose par ailleurs sur l’administration de bronchodilatateurs et de corticoïdes à inhaler ainsi que des fluidifiants des bronches. Les antibiotiques ne sont prescrits qu’en cas d’infection pulmonaire. Néanmoins, on ne guérit pas d’une BPCO, on vit seulement avec et les traitements améliorent notre qualité de vie et notre souffle. Si vous êtes à un stade élevé de la maladie, une assistance respiratoire vous sera proposée. Une rééducation thérapeutique, de la kinésithérapie respiratoire et un entrainement à l’effort sont aussi d’autres moyens d’améliorer le confort de vie des personnes souffrant de BPCO.
Il existe par ailleurs une association où trouver conseils et support : www.bpco-asso.com