L’hépatite C

0
1652

Et si vous aviez une hépatite ? En général, celui ou celle qui en vient à se poser cette question souffre évidemment de problèmes au foie mais surtout finit aussi par s’interroger sur la catégorie d’hépatite : A, B ou C. Selon le type d’hépatite, les symptômes comme le traitement et l’évolution de la maladie ne sont pas les mêmes. Démarrons avec le cas de l’hépatite C.

Hépatite C : l’hépatite virale la plus difficile à guérir
Comme l’hépatite A et l’hépatite B, l’hépatite C est due à un virus qui engendre une inflammation du foie. Le virus de l’hépatite C est un « jeune » virus, découvert seulement il y a un peu plus de 20 ans. C’est de nos jours, une maladie et un mal qui touche le monde entier et surtout, une maladie que l’on maîtrise encore assez difficilement. On estime à environ 500 000 le nombre de personnes touchées par la maladie en France (200 millions dans le monde) dont environ 3000 pourront en décéder. Le sang représente le principal mode de transmission. Les toxicomanes sont des personnes à risque comme les personnes âgées souffrant de problèmes cardiovasculaires, de diabète ou d’un dysfonctionnement de la thyroïde.

Les symptômes d’une hépatite C
Le virus de l’hépatite C peut rester silencieux pendant de longues années. Du coup, le patient, alors porteur sain, ne présente aucune symptôme particulier. Certaines personnes pourront souffrir d’une grande fatigue, d’une perte d’appétit, d’un ictère ou d’un prurit, de douleurs abdominales et de symptômes grippaux. Fibrose du foie, cirrhose et cancer du foie sont les conséquences les plus graves d’une hépatite C chronique. Le dosage des transaminases et la recherche d’anticorps contre le virus de l’hépatite C permettent de confirmer le diagnostic de la maladie. A noter : si vous êtes enceinte, vous serez surveillée et si vous êtes contaminée, sachez que vous avez 4% de risques de contaminer votre bébé à la naissance. Si le bébé est infecté, il n’aura aucun symptôme pendant toute son enfance.

Comment soigner une hépatite C
Comme pour l’hépatite B, les traitements antiviraux (l’interféron à action prolongée associé à la ribavirine) sont particulièrement efficaces dans le cas d’une hépatite B assurant une guérison total dans 50% des cas. Un tiers des personnes en phase d’hépatite C aiguë (jusqu’à 6 mois depuis le début de l’infection) vont guérir spontanément quand les deux autres tiers évolueront vers une hépatite C chronique.

Comment prévenir une hépatite C
Si le mode de transmission reste le sang, on comprend l’intérêt des campagnes de prévention contre l’hépatite C qui insistent notamment sur l’utilisation d’aiguilles stérilisées en cas de prise de sang, de drogue, de séance d’acupuncture ou d’un piercing. Informer est donc une bonne solution pour lutter contre la propagation du virus. La maladie pouvant rester silencieuse très longtemps, il est nécessaire de faire un test régulièrement, qui plus est si on est une personne à risque. Le port de préservatifs est également fortement recommandé lors des rapports sexuels.
Moyennant ces précautions, un membre de la famille atteint d’hépatite C peut mener une vie normale et surtout, continuer à embrasser ses enfants, les serrer dans ses bras. Contrairement aux hépatites A et B, à ce jour, il n’existe aucune vaccin contre l’hépatite C même si la recherche avance en ce sens. En clair, on meurt encore de cette maladie et le nombre de cas observés, dans les pays occidentaux notamment, augmente toujours chaque année. L’hépatite C représente donc un problème de santé majeur.