Syndrome du jumeau perdu

0
9656

Tout savoir sur le syndrome du jumeau perdu
Le syndrome du jumeau perdu : qu’en est-il au juste ? Il concerne la perte un utero d’un des deux jumeaux que l’on attend. Ce syndrome touche surtout le jumeau survivant avec des conséquences psychologiques plus ou moins importantes. Le point sur le syndrome du jumeau perdu.

 Le syndrome du jumeau perdu : définition
Que vous attendiez ou non des jumeaux, sans doute avez-vous déjà entendu parler du syndrome du jumeau perdu. Comme son nom l’indique, ce syndrome fait état de la disparition d’un jumeau au cours de la grossesse gémellaire. Le syndrome du jumeau perdu affecte le jumeau qui survit sur les deux. Dès la naissance, ce jumeau qui a donc perdu son frère ou sa sœur au stade embryonnaire va connaître un certain trouble psychologique.

En effet, la perte d’un jumeau alors qu’il n’est qu’au stade embryonnaire est ressentie dès la naissance par le jumeau restant. On parle alors de syndrome du jumeau perdu, un syndrome qui est surtout d’ordre psychologique. Dans les faits, c’est souvent au cours du premier trimestre de la grossesse gémellaire que le phénomène du jumeau perdu a lieu. Entre les deux premières échographies, un des jumeaux a été avorté naturellement. Parfois, la maman peut avoir des symptômes de fausse-couche.

Les manifestations du syndrome du jumeau perdu
Le jumeau survivant qui souffre du fameux syndrome du jumeau perdu va ressentir plusieurs émotions comme la nostalgie, la culpabilité, la solitude et surtout, le manque cruel et constant. La culpabilité est sans doute le sentiment le plus fort : le jumeau survivant a l’impression qu’il a littéralement tué l’autre. Parfois, ce sentiment est inconscient. Le jumeau qui est affecté par le syndrome du jumeau perdu va aussi chercher son jumeau partout même s’il sait au fond de lui qu’il a disparu. Il va par exemple voyager beaucoup. Celui ou celle qui souffre du syndrome de jumeau perdu va aussi parfois aller d’échec relationnel en échec relationnel. Il peut aussi sombrer dans la dépression nerveuse, cherchant sans cesse son identité. Il aura du mal à avancer seul. Beaucoup de personnes développant le syndrome du jumeau perdu vont notamment être sujettes à des crises de boulimie, d’anorexie, des migraines chroniques.

Comment gérer le syndrome du jumeau perdu
Le plus important pour la mère comme pour le jumeau survivant est de réussir à faire le deuil. Ce deuil va se manifester plus tôt pour la maman, dès lors que l’échographie lui confirme la perte d’un des jumeaux. Elle aura donc jusqu’à l’accouchement pour accepter la mort in utero de son bébé. Elle pourra compter sur ses proches mais aussi sur l’équipe médicale pour faire ce travail de deuil. Quant au jumeau survivant, lui aussi, aura un travail de deuil à faire qui se fera plus tard dès lors qu’il manifestera les signes du syndrome de jumeau perdu.

Une aide psychologique peut alors s’envisager si le jumeau survivant souffre de troubles psychologiques importants. Si votre enfant est affecté par le syndrome du jumeau perdu, vous devez écouter sa peine et le laissez vous parler de son jumeau perdu. S’il a envie de vous raconter comment aurait pu être sa vie s’ils avaient été deux, c’est le signe que votre enfant commence à faire son deuil. Si votre enfant se crée un ami imaginaire mais que ça l’empêche aussi de vivre dans la réalité, alors, consultez un pédopsychiatre.

En conclusion, le syndrome du jumeau perdu est souvent bien plus fréquent qu’on ne le pense. Son existence est due notamment à l’instauration des échographies. Certaines mamans auparavant perdaient un jumeau sans même le savoir. L’important est de pouvoir faire le deuil de ce jumeau perdu, que l’on soit la mère ou le jumeau survivant.