Insémination artificielle

0
829

Insémination : solution
artificielle pour bébé naturel

Suite à un bilan fertilité, comme beaucoup de couples en France, vous allez recourir à une solution d’assistance médicale à la procréation. La plus simple et la plus ancienne : l’insémination artificielle. Voyage au cœur d’une technique médicale éprouvée…

Le saviez-vous
C’est environ 50 000 inséminations artificielles qui ont lieu en France chaque année. 8,4 % des inséminations artificielles sont réalisés avec les spermatozoïdes d’un donneur (IAC). Cette technique est encadrée par les Lois de Bioéthique depuis juillet 1994, qui limitent donc l’âge des patientes pouvant en bénéficier à 43 ans.

Insémination : le calendrier à avoir en tête
L’insémination a pour objectif de faciliter la rencontre des spermatozoïdes et des ovules pour faciliter les chances de fécondation. La technique consiste soit à utiliser le sperme du conjoint (IAC) soit celui d’un donneur (IAD). La femme subit au préalable des traitements de stimulation ovarienne pour améliorer la qualité de l’ovulation, en clair, obtenir 1 ou 2 follicules (la cavité où se réfugie l’ovule). Une fois les follicules mâtures, on déclenche l’ovulation, c’est le top départ pour l’insémination ! L’homme est convoqué en laboratoire le jour de l’insémination pour recueillir son sperme par masturbation. Il est très important de respecter cette date ainsi qu’une abstinence sexuelle au moins 2 jours avant le jour J. L’insémination proprement dite consiste à déposer les spermatozoïdes à l’intérieur de l’utérus. La fécondation se poursuit ensuite de manière naturelle.

L’insémination côté pratique
460 euros, c’est le coût d’une tentative. Mais rassurez-vous, toutes sont prises en charge à 100% par la sécurité sociale dans le cadre d’un traitement de stérilité. Par ailleurs, les médicaments utilisés pour stimuler les ovaires sont administrés par voie sous-cutanée et les injections très faciles à faire soi-même. Il faut juste se le faire montrer une première fois. L’avantage : plus de contraintes pour le couple qui peut alors mener une vie normale, sortir, voyager pendant la durée du traitement.

Comment savoir si l’insémination a réussi ?
En général, si l’insémination a échoué, les règles surviennent dans les 12 jours qui suivent l’intervention. Dans le cas contraire, un test de grossesse est effectué 18 jours après l’insémination. 2 inséminations par cycle sont prévues. Les chances d’obtenir une grossesse sont comprises entre 10 et 15% par cycle et augmentent avec la répétition (jusqu’à 6) des cycles d’insémination. Plusieurs paramètres conditionnent néanmoins la réussite d’une insémination : l’âge de la femme (le taux de réussite est de moins de 15% à 38 ans et d’à peine 5% à 42 ans), un bon développement folliculaire, autrement dit un nombre et une taille suffisants de follicules et des taux hormonaux suffisants. Et si au bout de 4 cycles d’insémination artificielle, il n’y a toujours pas de grossesse, le couple est dirigé vers une autre technique de procréation médicale assistée comme la fécondation in vitro (FIV).