L’Insémination Artificielle INTRA Couple

0
632

L’Insémination Artificielle INTRA Couple (IAC) :
un remède EXTRA aux petits soucis de conception

Première étape d’assistance médicale à la procréation, l’insémination artificielle intra couple (IAC), avec sperme du conjoint, autrement appelée insémination intra utérine, est une solution éprouvée pour la plupart des couples infertiles et lorsque l’infertilité est soit inexpliquée ou masculine. Retour sur une technique qui fait ses preuves.

Le recours à l’IAC
Une Insémination Artificielle avec sperme du Conjoint ou IAC est en général recommandée dans des cas de troubles de l’éjaculation (éjaculation rétrograde, en clair, lorsque le sperme, au lieu de sortir normalement, prend le chemin de la vessie), lorsque la glaire cervicale ne laisse passer aucun spermatozoïde ou lorsque ces derniers sont trop peu nombreux et trop peu mobiles. Des anomalies au niveau du col de l’utérus ou des échecs répétés après simples stimulations ovariennes peuvent enfin amener le couple à recourir à la technique de l’IAC. Seule condition : que la femme ait des trompes fonctionnelles.

Simple comme 3 lettres !
L’IAC apparaît comme la technique la plus simple en matière d’assistance médicale à la procréation, même si quelques conditions sont à réunir pour qu’elle aboutisse. Il faut disposer d’un million de spermatozoïdes mobiles et normaux du conjoint pour qu’une IAC fonctionne, en deçà de ce chiffre, la technique préconisée est davantage une ISCI ou une FIV.
Comme toute insémination, la femme subit une stimulation ovarienne modérée. Le jour J, jour de l’insémination, en général 36 heures après l’ovulation, les spermatozoïdes « préparés » sont introduits dans l’utérus. Objectif : court-circuiter et favoriser la rencontre des spermatozoïdes avec les ovocytes. Tout se passe très vite, 2 heures entre le recueil du sperme et l’insémination. Une fois l’intervention achevée, la patiente peut ressortir au bout de quelques minutes. Si les règles surviennent dans les 12 jours, l’IAC a échoué, dans le cas contraire, on attend 18 jours pour faire un test de grossesse.

Quels sont les résultats d’une IAC ?
En France, chaque année, un peu plus de 5000 enfants naissent par IAC. Le taux de réussite est d’environ 10 à 15% par cycle, sachant que l’on recommande d’aller jusqu’à 6 inséminations maximum, à raison de 2 par cycle et d’un cycle de repos entre chaque IAC. Seul risque observé, l’hyperstimulation qui se traduit par une grossesse multiple. Avec un suivi médical personnalisé, il est souvent contourné. Pour preuve, les statistiques du CHU de Toulouse (où le taux de grossesse avec IAC est de 16% par cycle) avec pour 2001-2002, 17% de grossesses gémellaires et 3% de grossesses triples. Grossesses extra-utérines, fausses couches, malformations sont les risques secondaires.

L’IAC est donc le premier stade des techniques d’assistance médicale à la procréation mais aussi le plus simple. Si vous rencontrez des difficultés pour concevoir sans avoir une cause réelle et spécifique d’infertilité, vous serez dirigé vers une IAC. Et si celle-ci n’aboutit pas, il sera temps d’envisager une méthode plus lourde comme la FIV.