IMSI

0
891


IMSI : une injection au service de l’ADN des spermatozoïdes

IMSI ou Intra Cytoplasmic Morphological Sperm Injection, derrière ce terme barbare se cache une toute nouvelle technique d’assistance médicale à la procréation, que l’on peut associer à la FIV avec ISCI.

Une sorte de test dernier cri pour notamment apporter une solution à l’infertilité masculine.


L’IMSI à la loupe
En fait, l’IMSI est une injection recommandée dans les cas d’infertilité masculine, lorsque le problème vient de la qualité des spermatozoïdes. Scientifiquement, il est prouvé qu’une fragmentation élevée de l’ADN des spermatozoïdes est une cause de stérilité masculine, indécelable par les tests conventionnels. Elle n’affectera pas le processus de fécondation ni les premières divisions embryonnaires mais par contre nuira à un développement embryonnaire normal. En clair, les cliniciens peuvent repérer aux premiers tests (ICSI) des problèmes au niveau de la flagelle des spermatozoïdes mais quand ceux-ci se situent au niveau de la tête des spermatozoïdes, il faut pousser les recherches et donc utiliser un grossissement beaucoup plus important qu’en ICSI. C’est là qu’intervient la technique de l’IMSI permettant un grossissement X 5000 X 10000 et donc d’éliminer les spermatozoïdes présentant des anomalies morphologiques indétectables par le microscope standard et souvent responsables de précédents échecs de FIV, notamment de FIV avec ICSI. L’IMSI peut donc vraiment améliorer les résultats d’une FIV avec ICSI.

Dans quels cas envisager une IMSI
En règle générale, un indice de fragmentation de l’ADN des spermatozoïdes supérieur à 20% peut expliquer plusieurs échecs de techniques d’assistance médicale à la procréation. S’il est inférieur à 3%, le sperme est considéré de bonne qualité, compris entre 20% et 30%, le sperme est hétérogène, supérieur à 30%, le sperme est très altéré. L’IMSI est donc une technique que l’on va envisager dans le deuxième cas.

Comment booster l’indice de fragmentation de l’ADN des spermatozoïdes ?

Abstinence sexuelle, âge, tabac, présence de globules blancs dans le sperme, infections diverses ou simple fièvre sont des facteurs qui peuvent augmenter le taux de fragmentation. Du coup, il existe des traitements permettant d’améliorer le taux de fragmentation : des cures de vitamine C alliée à de la vitamine E, à raison de 3 à 6 mois de cure. Ces cures permettent d’éviter à l’ADN des spermatozoïdes de se dénaturer

Ce qu’il faut retenir de l’IMSI, c’est qu’il s’agit d’une technique qui peut réellement contribuer au succès d’une FIV avec ICSI. En revanche, il faut aussi garder en tête qu’en France, à peine seulement 20 équipes médicales pratiquent cette technique toute neuve. Ensuite, l’IMSI n’est pas encore remboursée par la sécurité sociale, il faut débourser environ 200 euros. Mais que sont 200 euros à l’échelle de la vie ?