La crèche parentale

0
670

Bientôt la reprise du travail et la séparation avec votre enfant. Un moment difficile, d’autant plus que se pose le problème de la garde de votre enfant.
Et si vous adoptiez le système de crèche parentale ? Comment les crèches parentales fonctionnent, comment s’inscrire, quelles sont les conditions d’entrée, les avantages et les inconvénients, combien une crèche parentale coûte, on vous explique tout en détails.

Fonctionnement d’une crèche parentale
Une crèche parentale est une structure associative qui accueille les enfants de 2 mois à 4 ans le plus souvent, parfois jusqu’à 6 ans et jusqu’à 16 enfants en moyenne. Contrairement aux crèches collectives, les pouvoirs publics et l’administration départementale ne gèrent absolument pas le fonctionnement des crèches parentales. Et non, comme son nom l’indique, une crèche parentale est la responsabilité des parents. Ces derniers font néanmoins appel à des professionnels pour tout ce qui a trait à la pédagogie, à l’administratif ou à la restauration. Une éducatrice de jeunes enfants est souvent là pour épauler les parents. Le personnel de la crèche parentale est également contrôlé par la PMI. Les crèches parentales sont donc un prolongement de l’épanouissement familial de l’enfant. Elles sont agréées par la DDASS et répondent aux normes des établissements publics.

L’inscription en crèche parentale
Très prisée aussi, la crèche parentale oblige à effectuer les démarches d’inscription assez tôt. Le mieux étant de repérer la crèche parentale la plus proche de chez vous. Un bon moyen est de visiter le site de l’ACEPP :  www.acepp.asso.fr. Vous y trouverez en plus d’un listing à jour tout un tas d’informations utiles sur le projet de crèche parentale.   www.mon-enfant.fr fournit également la liste des crèches parentales à côté de chez vous.

Les conditions d’entrée en crèche parentale
Une crèche parentale accueille un nombre limité d’enfants. Dès lors que le seuil est atteint, il n’y pas beaucoup de chance de pouvoir avoir une place en crèche parentale. Condition sine qua non pour obtenir une place en crèche parentale : adhérer au projet et donc pouvoir consacrer du temps à l’encadrement des enfants de la crèche parentale. Et si vous souhaitez créer votre propre crèche parentale, il vous suffit de contacter 5/6 familles partantes, de soumettre votre projet à la PMI, à la CAF, à la municipalité et au département et de trouver le local qui réponde aux normes d’une crèche parentale. La DDASS étant le décisionnaire final. Le délai pour l’ouverture d’une crèche parentale est d’environ 18 mois.

Les avantages de la crèche parentale
Les avantages résident dans le principe même de la crèche parentale. Puisque les parents gèrent ce type de crèche, ils participent pleinement au projet pédagogique de la crèche et donc à l’éveil de leur enfant. Ensuite, les crèches parentales sont reconnues pour accueillir tous les enfants, notamment ceux présentant un handicap. Le mode de fonctionnement laisse le champ libre à la créativité et à la convivialité entre les parents et avec les enfants.

Les inconvénients de la crèche parentale
Si les parents sont les premiers impliqués dans un projet de crèche parentale, on comprend aisément ce que cela signifie en terme d’investissement en temps. La nécessaire disponibilité des parents est donc aussi un inconvénient, sauf à exercer un emploi à mi-temps ou un tiers-temps par exemple. Autre inconvénient : les horaires. Ils sont fixés à peu près comme ceux d’une crèche collective.

Combien coûte la crèche parentale
Le tarif est fonction de votre revenu et de celui de votre compagnon, du nombre d’enfants que vous avez et surtout, de nombre de jours que vous « donnerez » à la crèche collective. Une journée peut se tarifer entre 3 et 15 euros au maximum. Une aide de la CAF peut être allouée sous certaines conditions.