Bébé prématuré

0
1213

Bébé prématuré et parents en avance sur leur rôle !

Face à la nouvelle d’une naissance d’un bébé prématuré, vous ne savez pas comment réagir, partagée entre la peur et l’angoisse, même si les progrès de la médecine garantissent le bon développement de ces enfants nés avant terme.

Voici les clés qui pourront vous rassurer si vous êtes dans cette situation.

Bébé prématuré ou bébé anormal ?

Ce n’est pas parce que bébé naît avant terme qu’il sera anormal. 7% des naissances en moyenne en France concernent des prématurés, nés entre la 22ème et la 37ème semaine de grossesse, un taux en augmentation ces dernières années.

Plus le bébé est prématuré, plus il est petit, plus ses organes sont immatures et plus le bébé est fragile.

Certes, plus le bébé naît tôt et plus il a de risques d’avoir des séquelles.

Mais aujourd’hui, avec la montée en puissance des services de néo-natalité et la surveillance des grossesses, ces risques sont de plus en plus minimes.

Les causes d’une naissance prématurée

Grossesse multiple, infections gynéco-urinaire ou généralisée (grippe, rubéole, listériose, toxoplasmose) ou anomalie utéro-placentaire (malformation utérine ou localisation anormale du placenta) sont les principales causes de bébé prématuré.

Hypertension, toxémie grave, diabète, retard de croissance intra-utérin et souffrance ou malformation fœtale comme l’âge (trop jeune ou plus de 35 ans) et le poids (trop maigre ou en surcharge pondérale) de la mère s’ajoutent à ces premières causes.

Les facteurs de risque d’une naissance prématurée

L’âge de la femme, sa consommation de tabac ou d’alcool, des grossesses rapprochées, plus fréquemment, la fatigue due au rythme ou à la pénibilité de travail ainsi que les déplacements fréquents ou la position debout prolongée sont considérés comme des facteurs de risque.

Arrêter le tabac et diminuer sa consommation d’alcool et dépister les infections vaginales pendant la grossesse font partie du code de conduite à adopter.

Si ajoute un peu de sport, le plein de vitamine C et une hygiène bucco-dentaire irréprochable (et oui, une inflammation de la gencive peut générer des bactéries néfastes pour l’utérus), selon des chercheurs américains, on se rapprocherait ainsi du risque 0 !

Mon bébé est prématuré

Le bébé prématuré est automatiquement pris en charge dans une structure hospitalière spécialisée. Une fois né, il bénéficie de soins spécifiques.

Une attention particulière est portée à sa respiration, nécessitant parfois une assistance ventilatoire ou à son tube digestif, obligeant à une alimentation par sonde.

Le foie également immature peut engendrer un ictère ou jaunisse. Le système immunitaire affecté lui aussi, le prématuré est donc plus sujet aux infections, d’où un environnement aseptisé pour en prendre soin.

Enfin, l’enfant ne pouvant réguler seul sa température, il est souvent placé en couveuse.

Il faut attendre en général quelques semaines pour le bébé soit autorisé à rentrer chez lui :il sait désormais s’auto-réguler et s’alimenter au sein ou au biberon.

Les bons gestes avec un bébé prématuré

Faites bien attention à sa sécurité, à son confort et aérez au maximum les pièces pour chasser les microbes.

Enfin, privilégiez un mode de garde individuel pour éviter d’exposer enfant aux infections, plus fréquentes en crèches.

Sachez enfin que vous continuez à être accompagnée avec un suivi régulier de votre enfant par le pédiatre ou l’équipe de néo-natalité qui l’a pris en charge dès l’accouchement.

Bon à savoir, si vous donnez naissance à un enfant prématuré, vous pouvez percevoir une aide financière de la caisse d’allocations familiales qui vous permet de prendre un congé parental à temps plein ou à temps partiel.

Enfin, n’hésitez pas à consulter le site de l’association SOS Préma, il vous sera d’une grande utilité.