Adolescent accro aux SMS et au téléphone portable

0
1234

Clairement, votre adolescent ne décroche pas de son téléphone portable. C’est un enfer pour vous et ses proches car plus de communication possible avec ce jeune qui semble quasi lobotomisé ! Rassurez-vous, il existe des méthodes pour venir à bout de cette addiction pour la technologie !

Les jeunes addict au portable
Et oui, ce sont près des trois quarts des adolescents entre 12 et 17 ans qui ont un téléphone portable et la moitié ne peut s’en passer en classe. Les filles semblent plus accros que les garçons au téléphone portable. Plus l’adolescent prend de l’âge et plus il s’équipe. D’ailleurs, avez-vous remarqué à la sortie d’un collège ou d’un lycée que les élèves ont bien plus qu’un portable : un smartphone. Et, qui paie les abonnements ? Papa et maman bien entendu ! Parce que la plupart des opérateurs ont profité de cette nouvelle manne financière pour instaurer des forfaits bloqués, les adolescents ont répondu par une guerre du SMS ! Le nombre de SMS échangés dans la journée est très important mais c’est surtout la nuit qu’il devient impressionnant. Plus vous envoyez un SMS tard dans la nuit et plus vous avez la côte le lendemain auprès de vos camarades.

Les dérives de l’usage du portable
Une récente étude délivrée par l’institut de sondages TNS Sofres montre que les adolescents se servent du portable comme d’un témoin. Beaucoup d’adolescents ont ainsi filmé leurs professeurs à leur insu, une bagarre (c’est ce qu’on appelle le happy slapping) dans la cour de récréation, un flirt à l’improviste.
Mais le portable se veut aussi un instrument pervers et dangereux quand il se fait le témoin d’un racket, d’un jeu dangereux ou d’une scène de violence dans les toilettes de l’établissement scolaire. Certains adolescents se cachent donc derrière leur portable pour se faire inconsciemment les complices de scènes telles que des abus sexuels, voire parfois un viol collectif. Nombre d’adolescents reçoivent des messages à caractère sexuel.

Certains affirment aussi avoir donné leur numéro ou reçu des messages d’inconnus. Certains comportements de ces jeunes accros au téléphone portable se traduisent par des douleurs articulaires des doigts. La dépendance au portable comme à Internet, aux jeux vidéos ou à la télévision est également pointée du doigt par le corps médical. Comme toute dépendance, il convient de détecter rapidement les signes avant-coureurs et de limiter l’accès au portable et de trouver des activités de « substitution » comme le sport, les ballades, la musique…

Du bon usage du portable
En tant que parent, vous repoussez sûrement le moment où il vous faudra acheter un portable à votre enfant. Mais ce moment arrivera et vous devrez comme tant d’autres parents vous plier à l’hégémonie du portable ! Ce n’est pas le tout d’acheter un téléphone portable, il faut aussi lui indiquer comment l’utiliser à bon escient. En clair, on le met en vibreur ou en silencieux pendant les cours, on ne pianote pas pendant les cours, on éteint son portable au moment d’aller se coucher (les ondes étant mauvaises pour le cerveau).

Et comme êtes le premier modèle de vos enfants, montrez l’exemple et n’abusez pas du portable ! Important également : incitez vos enfants à reprendre pied dans la réalité des relations humaines. La communication virtuelle, pourquoi pas, mais la communication face à face, c’est tout de même plus riche ! Et puis, le téléphone portable, c’est aussi un bon moyen d’aider votre enfant à calculer son budget et donc à devenir plus responsable. Pour vous, c’est aussi la possibilité d’être rassuré en pouvant joindre votre enfant à tout moment (mais pas tout le temps !).