Les symptômes du cancer du poumon

Si le cancer du poumon est très meurtrier, c’est sans nul doute parce qu’il est dépisté parfois trop tardivement. Autrement dit, les symptômes du cancer du poumon se déclarent très tard. Ils sont de plusieurs types et témoignent d’un état général altéré et de troubles respiratoires. Regardons de plus près quels sont ces symptômes.

Les symptômes habituels du cancer du poumon
Ce sont les symptômes observés chez un patient sur deux. Quand une tumeur pulmonaire apparaît, cela ne provoque pas de douleur chez le patient puisque le poumon n’est pas relié à des terminaisons nerveuses. En revanche, si la tumeur grossit et appuie fortement sur des organes avoisinants ou si elle atteint la plèvre par exemple, alors, elle s’accompagne d’autres symptômes. Vous devez impérativement consulter si vous toussez brusquement ou êtes enroué depuis 3 semaines au moins ou si votre souffrez de bronchites chroniques (et ce, d’autant plus si vous fumez ou venez d’arrêter de fumer). Si vous avez mal de temps en temps dans la poitrine et que vous mettez cela sur le compte d’un simple rhumatisme, si vous avez régulièrement des points de côté, si vous vous sentez souvent essoufflée, si vous crachez du sang et si vous souffrez d’infections pulmonaires à répétition, là aussi, n’attendez pas pour prendre rendez-vous chez votre médecin traitant. Un état général qui perd de sa vigueur (perte de poids et d’appétit, fatigue intense, fièvre, maux de têtes,) doit aussi alerter.

Les symptômes secondaires du cancer du poumon
Observés plus rarement que les précédents, ces symptômes peuvent néanmoins être caractéristiques d’un cancer du poumon. Si vous constatez que votre voix se modifie ou que vous avez de plus en plus des extinctions de voix, si votre respiration siffle, s’il vous est plus difficile d’avaler, mieux vaut ne pas tarder à consulter. De même, si avez des difficultés pour respirer dues à une pleurésie (liquide dans les poumons) ou à une péricardite (liquide entre les deux feuilles du péricarde) ou si vous avez des troubles oculaires (gonflement de la paupière d’un œil, pupille rétrécie…), ce sont d’autres symptômes secondaires du cancer du poumon.

Les symptômes indirects d’un cancer du poumon
Ces symptômes sont dits indirects car ils se manifestent en dehors du poumon : rétention d’eau car trop d’hormones anti-diurétiques produites, troubles psychiques ou hypertension car trop de cortisone produite, perte d’équilibre due à des troubles neurologiques, faiblesse musculaire, tâches colorées sur la peau, un gonflement du cou, du visage et du bout des doigts, des articulations des pieds et des mains qui augmentent de volume.

Le diagnostic du cancer du poumon
Le médecin va d’abord écouter votre toux et diagnostiquer le type de toux exact. En cas de doute, il vous orientera vers une radiographie pulmonaire. On conseille aux fumeurs de se faire radiographier les poumons une fois par an. En effet, une radio des poumons permet de déceler la moindre anomalie puis d’aller plus loin dans les examens. Si la radio révèle une tâche suspecte, vous pourrez être amené à faire un scanner ou une biopsie par fibroscopie, à la recherche de tumeurs plus petites non visibles sur une radiographie pulmonaire. Scanner et IRM vont par ailleurs permettre de déterminer le stade du cancer du poumon. Une scintigraphie osseuse peut parfois être prescrite. Des tests sont actuellement à l’étude concernant un examen de dépistage généralisé du cancer du poumon.