Les symptômes du cancer de la gorge

Comme pour le cancer du poumon, les symptômes du cancer de la gorge apparaissent tardivement. Dès lors, le diagnostic se fait lui aussi plus tard avec un pronostic vital parfois assez réservé. Les symptômes dépendent en tout cas de la région précise de la gorge concernée par le cancer. La voix qui se modifie reste le premier signe qui ne trompe pas. Regardons de plus près quels sont les symptômes du cancer de la gorge.

Les symptômes habituels du cancer de la gorge
En règle générale, un cancer de la gorge se manifeste par un mal de gorge persistant. La voix se modifie pour devenir rauque ou s’enrouer quasiment en permanence. Si des cellules anormales envahissent les cordes vocales, c’est un signe qui permet de détecter assez tôt le cancer de la gorge. Le patient a l’impression d’avoir une gêne constante dans la bouche, d’avoir des difficultés à déglutir, de ne pas se sortir d’une angine qui persiste. La douleur irradie jusqu’à l’oreille. Le patient peut également souffrir de difficultés respiratoires. Parfois même, on constate l’apparition d’un ganglion dans le cou. Le patient peut également ressentir une douleur dans le cou ou avoir le sentiment que sa tête est lourde. Enfin, ce qui peut alerter, c’est qu’en plus de tousser, le patient expectore des crachats sanguinolents.

Les autres signes d’un cancer de la gorge
A côté des symptômes habituels observés chez les patients atteints d’un cancer de la gorge, il existe des symptômes secondaires qui peuvent être le signe d’un cancer de la gorge. Parmi ces derniers, on note notamment : la présence de lésions rouges ou blanchâtres dans la bouche qui ne cicatrisent pas, une plaie dans la bouche…D’autres signes peuvent également témoigner d’une propagation du cancer de la gorge à d’autres régions comme la bouche (modification de la forme et du volume des lèvres par exemple), de la langue (douleur à l’oreille ou lors de l’alimentation) ou du rhinopharynx (saignement et obstruction nasaux). La perte de poids peut également être au rendez-vous.

Le diagnostic du cancer de la gorge
Si l’un ou plusieurs des symptômes précédemment cités persistent plus de deux semaines, il ne faut pas tarder à consulter son médecin traitant. Si vous en ressentez le besoin, vous pouvez aussi choisir de vous adresser directement à un spécialiste type médecin ORL ou stomatologue. En tout cas, force est de constater que plus le diagnostic se fait tôt et plus les chances de guérison sont importantes. Au cours de votre rendez-vous, le médecin vous interrogera sur votre mode de vie et notamment votre consommation d’alcool et de tabac.
Il examine aussi avec précision le fond de votre gorge. Certains signes sont visuels immédiatement. Il pourra ensuite vous être prescrit des examens complémentaires, notamment d’imagerie (nasofibroscopie, laryngoscopie, tomodensitométrie, scanner, IRM). Une biopsie effectuée par endoscopie sous anesthésie générale permet de confirmer ou d’infirmer le diagnostic. Un bilan locorégional est nécessaire pour définir le stade d’avancement du cancer de la gorge. Par ailleurs, le cancer de la gorge pouvant dégénérer en cancer du poumon ou de l’œsophage, le patient est amené à effectuer un bilan plus complet, à la recherche de tumeurs dans ces zones là.