Le retard de la parole

Les causes d’un retard de la parole
Un bébé qui présente un décalage important au niveau du langage par rapport à ses petits camarades de son âge peut présenter un retard de la parole. Les causes de ce trouble sont multiples car elles peuvent être fonctionnelles, psychologiques, ou liées à l’environnement familial.

 

 

Des origines multiples
Un retard de la parole peut avoir des origines extrêmement diverses en raison de la complexité du processus d’apprentissage du langage. La première cause à éliminer est tout d’abord la surdité, d’autant plus qu’elle peut être détectée très tôt : un bébé qui ne babille pas et qui ne cherche pas à reproduire les sons entre 6 mois et 1 an peut ainsi être le signe d’un déficit auditif. Le retard de la parole peut également être dû à un trouble moteur, c’est-à-dire à un trouble de l’articulation, qui empêche l’enfant de bien prononcer les mots.

Viennent ensuite des causes plus complexes à diagnostiquer telles que la dysphasie, un trouble structurel de l’apprentissage du langage qui peut toucher autant la compréhension que l’expression. L’enfant a du mal à comprendre quand on lui parle, et/ou il éprouve des difficultés à prononcer correctement les mots et à organiser ses phrases. L’audimutité est également un trouble très sérieux qui se définit par un mutisme total de l’enfant qui ne présente pourtant aucun problème de compréhension ou de déficience intellectuelle.

Le retard de la parole peut également être dû à de nombreux autres facteurs comme par exemple un problème de repérage spatio-temporel, un trouble psycho-affectif (l’enfant refuse de grandir pour qu’on s’occupe de lui comme un bébé) ou encore un choc psychologique.

L’importance de l’environnement
Outre les causes fonctionnelles, un enfant peut également présenter un retard de la parole « simple » uniquement dû à son environnement. Un manque de stimulation, c’est-à-dire lorsque des parents parlent peu à leur enfant, peut à lui seul être à l’origine d’un retard de la parole, tout comme l’emploi prolongé du langage bébé. À l’inverse, des parents trop exigeants qui reprennent systématiquement leur enfant et qui lui parlent avec des mots compliqués peuvent lui faire perdre toute confiance en lui et le bloquer.

Un enfant occupant la place de petit dernier dans la fratrie peut également avoir moins l’occasion de parler que ses aînés ce qui peut le freiner dans son développement, les parents étant de surcroît souvent moins disponibles pour le stimuler. Il est alors important de se réserver du temps avec lui pour l’aider à progresser. Enfin, une maman qui anticipe excessivement les besoins de son bébé se révèle être tout aussi nocif au développement de la parole car si tout arrive sans rien avoir besoin de demander, pourquoi se fatiguer à parler ?

En fonction du diagnostic posé par l’orthophoniste ou le pédopsychiatre, le bébé ou l’enfant atteint par un retard de la parole pourra être suivi avec un traitement approprié. Il ne faut absolument pas hésiter à consulter dès que le décalage est observé car plus le trouble est détecté tôt, plus les chances de l’enfant de compenser son retard sont élevées.