Le nez bouché

Le nez bouché : un syndrome qui nous fait perdre les sens !

Avoir le nez bouché est certes bénin et surtout, un syndrome observé communément l’hiver. Mais le nez bouché peut aussi cacher d’autres causes. Un bon diagnostic est nécessaire lorsqu’on observe tous les signes ou presque du nez bouché pour ensuite adapter le traitement adéquat.

Le nez bouché, bénin mais gênant
Si votre nez se bouche, peu importe la cause, sur le plan physique, cela signifie que progressivement, vous allez perdre le sens de l’odorat et du goût. Un nez bouché se caractérise par un épaississement des muqueuses nasales et par une inflammation des vaisseaux sanguins à l’intérieur des fosses nasales. Les termes les plus employés sont obstruction nasale, nez bouché et congestion nasale. Au quotidien, un nez bouché peut avoir des répercussions sur l’audition, le langage ou le sommeil. Le nez bouché peut être dangereux chez le nourrisson, on parle alors de détresse respiratoire. Quant à la femme enceinte, elle peut souffrir de congestion nasale au cours de la grossesse en raison des changements hormonaux et de l’augmentation de la pression sanguine.

Les symptômes du nez bouché
Un nez bouché au-delà d’un aspect sec, gonflé et rouge peut aussi s’accompagner d’éternuements, d’écoulements nasaux, de fièvre, de maux de tête.

Les causes d’un nez bouché
Soit elles sont d’ordre inflammatoire pour un nez bouché occasionnel, soit elles sont liées à un défaut dans la structure du nez pour une congestion nasale chronique. Parmi les anomalies nasales, on observe souvent une anomalie au niveau de la valve nasale, une déviation de la cloison nasale, une hypertrophie des cornets. Il peut aussi y avoir des anomalies au niveau des muqueuses nasales. Causes les plus fréquentes, elles sont souvent à l’origine des rhinites allergiques, sinusites et rhinites infectieuses, des rhinites et sinusites inflammatoires non infectieuses, des rhinites vaso-motrices. Autre cause possible d’un nez bouché : une tumeur bénigne ou la présence de fibromes ainsi que le syndrome du nez vide, survenant en général après un acte chirurgical.

Le diagnostic
Vous avez le nez bouché de façon continue, direction le cabinet du médecin où vous allez subir un interrogatoire détaillé. L’idée étant d’en apprendre davantage sur votre parcours de santé et sur de possibles causes qui expliqueraient votre nez bouché, comme un traumatisme ayant entrainé une déviation de votre cloison nasale, une intervention chirurgicale qui aurait laissé des traces, une quelconque allergie ou une prise médicamenteuse suspecte. Au programme aussi : scanner des sinus, examen clinique et fibroscopique.

Traiter un nez bouché
Tout dépend de la cause de l’obstruction nasale. Si terrain infectieux il y a, vous aurez alors à vous nettoyer les fosses nasales via des corticoïdes et anti-inflammatoires locaux, le plus souvent, sous forme de sprays. Un bilan allergique peut être demandé afin de déterminer le ou les allergènes responsables du nez bouché et de recourir à une désensibilisation. Enfin, un traitement laser ou par radio-fréquence peut être recommandé en cas d’anomalies des muqueuses nasales. L’intervention chirurgicale est programmée pour redresser une cloison, diminuer le volume des cornets et augmenter ainsi le flux d’air, réparer une valve respiratoire ou encore remodeler le nez entier en cas de déviation ou de pincement du nez trop prononcé. Evitez en tout cas l’abus de vasoconstricteurs car s’ils sont efficaces immédiatement, ils peuvent être nocifs à terme, comportant des risques cardio-vasculaires.