L’ongle incarné

Très souvent rencontré, l’ongle incarné n’est pas une affection grave… mais ses complications peuvent l’être ! Il est ainsi important de savoir repérer les premiers signes car seule une prise en charge précoce permet de soigner rapidement le pied et de limiter les risques d’infection qui sont monnaie courante.

Qu’est-ce qu’un ongle incarné ?
Un ongle incarné est une affection de la peau au niveau des orteils et plus spécialement du gros orteil provoquée par l’ongle qui s’enfonce dans la chair. Si les causes de ce problème de santé peuvent être très variées, des chaussures trop petites ou bien trop serrées en sont souvent à l’origine.
Mais l’ongle incarné peut tout aussi bien être dû à des ongles naturellement trop incurvés ou bien à une prédisposition génétique, les patients touchés par cette affection ayant souvent des antécédents familiaux. Les personnes âgées présentent également très fréquemment des ongles incarnés car leurs ongles ont tendance à devenir plus épais tandis qu’ils les coupent parallèlement de moins en moins régulièrement.

Quels sont les symptômes de l’ongle incarné ?
L’ongle incarné se traduit tout d’abord par une simple irritation au niveau de l’orteil correspondant à l’inflammation provoquée par la pénétration de l’extrémité de l’ongle dans la peau puis la chair. Cette irritation laisse ensuite place à une rougeur plus vive associée à un gonflement qui indique une progression de l’infection. Il s’agit d’une affection très douloureuse qui empêche généralement de porter des chaussures fermées tant la douleur à la pression est importante. Un ongle incarné non-soigné peut par la suite entraîner une infection généralisée suite à la formation d’un abcès, couramment appelé « panaris ». La consultation devient ainsi urgente dès lors qu’une sorte de bourrelet recouvre l’ongle, quand la chair devient de plus en plus rouge ou jaune et que celle-ci a tendance à suinter et à saigner ou bien lorsque l’ongle se déforme.

Quel est le traitement contre l’ongle incarné ?
Des soins locaux directement sur la partie touchée suffisent généralement à soigner l’ongle incarné. Le médecin – ou dermatologue ou bien podologue – indique pour commencer un produit antiseptique à appliquer sur la plaie et parfois à verser également dans un bain de pied quotidien pendant toute la durée du traitement. Pour les cas les moins avancés qui ne laissent présager aucune infection, les podologues placent entre la peau et l’ongle un petit élément afin que l’ongle pousse désormais « normalement » et non plus dans la chair. Il est vraiment essentiel de consulter son médecin le plus rapidement possible car lorsque l’ongle incarné est pris en charge tardivement, l’histoire n’est plus du tout la même. En cas d’infection sévère ou lorsque l’ongle se retrouve littéralement prisonnier de la chair, une intervention sous anesthésie locale devient nécessaire afin de retirer le bout d’ongle incriminé. En cas de récidives multiples, le médecin peut opter pour détruire, par chirurgie classique ou bien par l’application de phénol (substance chimique), ce que l’on appelle la matrice de l’ongle et qui correspond en fait à la racine, afin que l’ongle ne pose plus aucun problème. Dans tous les cas, il ne faut surtout pas tenter de couper l’ongle incarné soi-même au risque d’aggraver les choses.

Comment prévenir l’ongle incarné ?
L’ongle incarné peut tout simplement être prévenu et donc évité en prenant soin de choisir des chaussures vraiment à sa taille voire un chouïa trop grandes, et surtout pas « trop justes ». Les orteils doivent également de temps à autres être laissés libres afin de ne pas subir constamment une compression : le printemps et l’été sont ainsi le moment idéal pour troquer ses baskets et ses mocassins contre des sandales ou des tongs ! Les ongles doivent ensuite être coupés à la bonne longueur, c’est-à-dire pas trop courts pour limiter le risque d’incarnation, bien carrés et à l’aide de ciseaux spéciaux disponibles par exemple en pharmacie.