Ictere gravidique

Ictere gravidique : au secours, mon foie me joue des tours !

Ictère, quel nom barbare ! A peine prononcé, qu’on a déjà mal ! En fait, l’ictère caractérise une forme de jaunisse. L’ictère en soi est assez courant chez les femmes enceintes, mais parfois, il peut devenir plus grave.

C’est pourquoi, si vous êtes enceinte, il convient d’en savoir davantage sur l’ictère gravidique afin de prendre les mesures adéquates si vous êtes concernée.

Ictère gravidique et grossesse
L’ictère gravidique ou jaunisse aggravée apparaît en général lors du troisième trimestre de la grossesse. Contrairement à la jaunisse classique de la femme enceinte, il s’accompagne ici d’un prurit avec des démangeaisons sur le haut du corps et les membres supérieurs. L’ictère gravidique disparaît comme il est venu dans les 15 jours qui suivent l’accouchement.

En cause : les changements hormonaux qui surviennent pendant la grossesse, et notamment, l’élévation du taux d’oestrogènes qui nuirait au bon fonctionnement du foie. Les conséquences : naissance prématurée, mort in utero dans les cas rares. D’où l’intérêt d’effectuer le diagnostic le plus tôt possible.

Concrètement, que se passe-t-il ?
Quand une femme enceinte développe un ictère gravidique, c’est le signe d’un mauvais écoulement de la bile vers le duodénum, bref, d’un dysfonctionnement au niveau du foie. Si les tests hépatiques augmentent pendant la grossesse, il faut en principe faire la distinction entre dysfonctionnements du foie spécifiques de la grossesse et dysfonctionnements récurrents.

Si vous êtes enceinte et qu’au cours de la 2ème moitité de votre grossesse, vous continuez à vomir, vous vous plaignez de maux de tête récurrents, que vous souffrez d’hypertension et que vous vous grattez, il est plus que probable que vous avez un ictère gravidique. Dans ce cas, prévenez votre médecin, lequel vous ordonnera des tests de mesure des taux de transaminases, bilirubine, acides biliaires sériques, formule sanguine et le cas échéant, une échographie du foie.

L’ictère gravidique, ça se soigne ?
Sachez que 2 à 5 grossesses sur 1000 sont concernées en France. Si on vous diagnostique un ictère gravidique au cours de la grossesse, le plus important va être de surveiller le dosage des sels biliaires et de soulager vos démangeaisons si vous en avez. De la vitamine K vous sera peut-être administrée pour éviter tout problème de coagulation du sang. Quant au bébé, son rythme cardiaque sera surveillé chaque semaine. Il arrive parfois que l’on décide de déclencher l’accouchement dès la 36ème semaine. Dans la majorité des cas, l’ictère gravidique est lié à des antécédents familiaux (dysfonctionnement des enzymes du foie).