Cancer du rectum

Cancer du rectum

Le cancer du rectum est en recrudescence en France, ce qui explique que de nombreuses campagnes de sensibilisation au dépistage du cancer colo-rectal sont mises en place très régulièrement. Symptômes, facteurs de risque, traitements, typologie, le cancer du rectum présente souvent les mêmes traits que le cancer du côlon.

Le cancer du rectum : description

Le cancer du rectum se développe à partir des cellules qui tapissent l’intérieur du rectum. Comme pour le cancer du côlon, le plus souvent, le cancer du rectum est issu d’un polype adénomateux, qui bien que bénin au départ, va progressivement évoluer en tumeur cancéreuse. Selon notamment l’endroit où la tumeur est située dans le rectum (niveau de profondeur) et selon le degré d’atteinte des organes voisins, un cancer du rectum peut être plus ou moins grave. Si la chirurgie est le traitement le plus adapté pour un cancer du rectum, son but reste de pouvoir conserver le sphincter de l’anus. Comme pour le cancer du côlon, le cancer du rectum sévit davantage dans les pays industrialisés où l’alimentation, la sédentarité et le mode de vie en général contribueraient à la propagation des cancers du rectum. Le cancer du rectum est souvent découvert à un stade avancé.

Quelques chiffres à propos du cancer du rectum

On estime qu’il y a environ 40 000 nouveaux cas de cancers du rectum en France chaque année. Quasiment autant d’hommes que de femmes sont touchés par le cancer du rectum. L’âge moyen d’un cancer du rectum est de 70 ans. C’est la deuxième cause de mortalité par cancer. Entre 50 et 70% des patients guérissent d’un cancer du rectum lorsqu’ils sont traités en conséquence et selon leur stade. C’est en tout cas un cancer pour lequel la médecine a fait de gros progrès ces 20 dernières années, notamment grâce à une meilleure prévention et à un meilleur dépistage. La chirurgie avec la technique de résection du rectum par la paroscopie entre également en ligne de compte.